la ruche de Joséphine

Identification :  Ruche n°3

Nom : La Ruche de Joséphine

Nom et couleur de la reine : Mathilde

Date du parrainage :  1er juin 2020 - 31 mai 2022

 

Date de la visite du Rucher Parrainage :  printemps/été 2022


la vie de la colonie

Bonjour la famille Lalande,

 

Vous êtes devenus récemment famille Marraine d'une de nos ruches, enchantés !

Nous, Fabien l'apiculteur et Carole sa femme apicultrice en devenir, allons

orchestrer ce marrainage pour qu'il vous soit des plus agréable à vivre sur cette saison apicole 2020/2021.

 

Le rucher parrainage, nous l'avons choisi dans un cadre bien particulier, la zone humide de Langazel à Trémaouezan.

Riche de végétations variées, c'est un cadre unique pour y préparer des visites de rucher, telle que la votre prochainement !

Vous pourrez y être accompagné de quelques uns/unes de vos proches (merci de nous contacter une fois le nombre de personnes invitées défini, afin que nous validions la faisabilité du groupe, nous indiquons un nombre moyen de 5/6 personnes maximum, les enfants sont les bienvenus et nous leur organiserons une visite sécurisée loin des vraies abeilles, mais comme s'il y étaient...

 

Dates disponibles pour la visite, après midi de 14h à 17h, selon la météo : 

(message de validation de la date 48h avant le jour choisi)

 Lundi 13 juillet 2020            Samedi 18 juillet 2020        

Lundi 3 août 2020                 Samedi 8 août 2020             

Lundi 10 août 2020

Lundi 8 juin 2020 - temps couvert - 18 degrés

 

Floraisons : Ronces, légumineuse, troènes, ...

 

"A la sainte Clotilde, de fleur en buisson, abeille butine à foison."  

 

Les abeilles sont nombreuses dans la Ruche de Joséphine .

Pas d’œufs dans les cellules vides, les abeilles ont donc créées une cellule royale afin de remplacer la vielle reine qui n'a pas pondu ou qui a essaimé avec une partie de la colonie durant les beaux jours précédents.

Ce sera donc l'occasion idéale pour la jeune reine de recevoir le prénom qui lui aura été choisi.

Il faudra faire attention au prochain passage que la reine soit bien née, ait bien été fécondée, et que des œufs soient présents dans les cellules de couvain.

La naissance d'une reine :

 

La reine, comme l'abeille, naît d'un ovule fécondé. Dans une cellule élargie de 9 mm de diamètre, et progressivement allongée vers le bas, la larve est suralimentée exclusivement à la gelée royale. Elle est plus spécialement visitée par de très jeunes nourrices, dont la gelée est riche en hormones qui favorisent le développement des ovaires.

Lors de ses 10 premiers jours de vie, la reine s'adonne à des vols nuptiaux pour être fécondée. 10 à 20 mâles déposeront, en plein vol, dans l’abdomen de la reine, du sperme que les spermatozoïdes quittent pour migrer vers la spermathèque. Au cours de la fécondation, la reine emmagasine environ un stock de 7 millions de spermatozoïdes, qui sera épuisé au bout de deux à quatre ans, c'est à dire jusqu'à sa mort.

 

L'essaimage :

 

Si une colonie contient une reine ayant dépassée deux ans d'âge, le phénomène d'essaimage risque de se produire. La vieille reine pond moins bien, et la colonie le ressent. Cette dernière va donc créer naturellement une nouvelle reine. La vieille reine se verra contrainte de s'en aller avec une partie de la colonie.  D'autres facteurs peuvent provoquer un essaimage : un trop grand volume d'abeilles pour la ruche, l'environnement floral, la météo, ...

Dimanche 14 juin 2020 - éclaircies - 20 degrés

 

La photo parle d'elle même (cette dernière est un peu floue, nous tenterons d'en obtenir une plus nette au prochain passage),  il semblerait que la reine Mathilde soit née !

Encore trop tôt pour le vérifier car même si on ne la retrouve pas dans la ruche au moment voulu, elle peut être en vol nuptial et il serait trop dangereux de vouloir la repérer, de peur de l'abîmer et de faire perdre aux abeilles le travail incroyable qu'elles ont fourni jusque là pour la faire vivre.

Il faudra donc à notre prochain passage, vérifier un début de ponte pour être rassurés sur la bonne fécondation de la reine.

 

Elle commence généralement à pondre 2 à 3 jours après son retour à la ruche. On estime à 20% le nombre de reines qui ne reviennent jamais suite à un problème de localisation de la ruche ou de prédation par un oiseau.

La jeune reine vierge a peu de temps pour s'accoupler. Si elle est incapable de voler pendant plusieurs jours en raison du mauvais temps et qu'elle reste non fécondée, elle deviendra une « pondeuse de mâles ». Les reines qui pondent des mâles signent généralement la mort de la colonie, car les ouvrières ne disposent pas de larves (femelles) fécondées pour élever des abeilles ouvrières ou une reine de remplacement. La ruche est alors dite « bourdonneuse ».

Jeudi 25 juin - 28 degrés - orageux 

 

Comme vous avez pu le voir en ouvrant cette page pour avoir des nouvelles de votre ruche (et j'ai déjà vendu la mèche à Corinne), la Ruche de Joséphine a officiellement été baptisée ce jour !

D'une part et d'autre se trouvent sa plaque et sa reine Mathilde multicolore, cette dernière veillant sur les va et vient de ses ouvrières acharnées de travail.

Ces ornements rendent encore plus gai ce rucher et montre la richesse de ces collaborations, un plaisir pour nous, et nous l’espérons, un plaisir pour vous aussi...

 

Ce fut l’occasion aussi de prendre des nouvelles de la colonie après ces magnifiques journées passées. Si l'on en croit ce que nous avons expliqué jusque là, rien dans les conditions météorologiques n’aurait empêché une jeune reine d'effectuer ses vols nuptiaux et, si on croit le calendrier, nous aurions pu potentiellement découvrir le tout début d'une ponte.

 

Encore aurait-il fallu qu'il y ai réellement eu une jeune reine. Et là où moi (Carole), j'ai montré un enthousiasme, Fabien lui m'avait conseillé d'émettre une réserve. Et la phrase "il semblerait que la reine Mathilde soit née", va prendre une nouvelle tournure avec notre découverte du jour...

Que pasa en la casa?

 

C'est en soulevant le deuxième cadre central pour normalement y trouver de tout petits œufs au fond des cellules vides, que nous sommes tombés là dessus : une nouvelle cellule royale...

Cette dernière est sublime, elle a vraiment la longueur et la forme que l'on attend.

 

Et là on se pose la question de ce qui a pu se passer...

 

Nous ne pourrons le vérifier que dans une quinzaine de jours de nouveau.

 

Patience, patience, la reine Mathilde se fait belle et se fait désirer.

 

Mais c'est en trouvant les mots pour vous expliquer le phénomène qui se produit dans cette colonie, que nous améliorons notre réflexion afin de comprendre ce qu'il s'y passe !

Mardi 14 juillet - 22 degrés - orageux

 

Décidément, toutes mes visites tombent sur des après-midi orageuses, où les abeilles sont d'autant plus sous pression (le temps qu'il fait à un impact sur leur comportement). Je me retrouve donc face à des abeilles qui ne se laissent pas trop regarder paisiblement, et qui me montrent leur mécontentement en appuyant leur présence autour de moi.

 

Il faut donc faire une visite brève dans ces cas là, on cherchera la reine Mathilde la prochaine fois, c'est à dire le 3 août avec votre aide. Avec 6 paires d'yeux, on ne pourra pas passer à côté (ou elle est bien trop forte pour nous...)

Le plus important est de vérifier la présence d’œufs, signe que la reine est bien née et a bien été fécondée pendant ces deux dernières semaines.

Verdict : ces petits bâtons que vous voyez au fond des alvéoles sont des œufs fraîchement pondus, aujourd'hui ou hier, il n'y peut y avoir aucun doute sur le fait que Mathilde a bien commencé son rôle de reine mère de la colonie.

 

Cette photo de votre ruche sera utilisée pour toutes les ruches où la vérification était nécessaire, dont la ruche Almaya qui est présentée au public. Les abeilles étaient trop énervées pour que je puisse sortir mon appareil photo, et surtout mes mains des gants, à chaque ruche, au risque de me prendre bien trop de piqûres, aie, aie, aie,...). Merci d'avance pour votre compréhension ;)

 

 

J - 9 avant la visite

 

Ce qu'il faut mettre dans votre sac pour venir au rucher :

- Une paire de bottes pour chacun de vous 4.

- Le mieux est de porter un haut à manches longues et un jean sous le blanc de travail que nous vous prêterons. Cela ajoute une couche supplémentaire entre l'abeille et votre corps.

- Le terrain n'étant pas un lieu public clos, mais un lieu ouvert privé, le port du masque n'y est pas obligatoire. Nous vous laissons le choix de l'apporter avec vous ou pas, sachant que nous tiendrons les distances barrières avant et après l'initiation, et que, lors du port de la tenue d'apiculture, il peut être compliqué de le garder sachant que vous porterez déjà un "masque" sur la tête.

 

Pour accéder au terrain, il vous suffira de vous diriger, en venant du bourg de Trémaouezan, vers Kerudalar et juste avant l'entrée du lieu dit, il y a un panneau qui vous indique de tourner à droite sur un petit chemin caillouteux pour accéder au parking de la zone humide de Langazel.

Arrivés sur le parking au bout du chemin, nous vous attendrons à l'entrée du terrain qui se trouve à gauche de la barrière qui empêche tout véhicule de progresser plus loin sur le chemin.

Au cas où, vous pourrez nous contacter au 06 30 50 02 32 (Fabien) ou au 06 18 86 08 39 (Carole).

Nous vous contacterons le samedi 1er août pour faire le point sur la météo prévue et valider ensemble la possibilité d’effectuer la visite le lundi suivant. De la pluie ou des températures trop fraîches seraient des contraintes à la tenue de la visite, d'où un risque d'annulation mais restons confiants !

On vous dit à très vite alors ! Pour toutes questions, n'hésitez pas !

Lundi 3 août - ensoleillé - 22 degrés

 

Une envie de revenir sur votre visite par ici.

 

Vous étiez la première famille marraine à venir participer à cette visite de rucher. Nous avons été plus que ravis du résultat étant donné l'enthousiasme, la curiosité et la convivialité qui s'en sont dégagés.

 

Une envie constante de progresser nous amène aussi à revenir sur des points essentiels de cet après midi et à nous demander si, sur certains aspects, nous aurions pu faire mieux/autrement :

 

- Avez vous pu poser toutes les questions qui vous travaillaient, le discours d'initiation était il clair, adapté, en adéquation avec vos attentes? La durée de l'après midi était elle confortable pour cette initiation?

- Avez vous trouvé que votre participation à la visite de votre ruche assez personnalisée? Auriez vous souhaité manipuler d'avantage les instruments, être un peu plus acteurs auprès de votre ruche marrainée?

- Avez vous eu l'impression d'avoir appris d'avantage à propos des produits de la ruche au moment du goûter? Y'a t'il un aliment/une boisson que vous auriez aimé/pensé être présente sur cette table et qui manquait à l'appel? Étiez vous rassasiés après ce goûter?

 

Merci d'avance pour vos retours et votre confiance dans cette aventure

nouvelle pour vous tout comme pour nous !

Samedi 19 septembre - pluvieux - 17 degrés

 

Une longue absence par ici, mais beaucoup de travail sur les mois d'août et de septembre, comme tous les ans.

 

Récoltes, mises en pots, livraisons, préparation du planning 2020/2021...

Et la nouveauté de cette année comme vous avez pu le vivre, visites des ruchers et préparation des premiers colis à envoyer aux marraines et parrains de cette saison.

 

Encore merci pour votre retour sur le contenu du colis, nous avons maintenant hâte de savoir si vous appréciez le fruit du travail des vos abeilles autour de cette miellée 2020.

 

Le travail sur les ruchers est moins intense depuis la rentrée, les colonies se préparant à rentrer en hivernage, la ponte est terminée, les équipes se réduisent au fil des jours pour ne garder qu'une colonie forte et en nombre adapté à la taille de la ruche, afin d'y garder une température constante à cœur, et des réserves en quantité suffisante pour toutes.

 

La pluie prend le relais sur le bel été indien que nous venons de vivre, l’automne arrive et les dernières occasions pour trouver la reine Mathilde aussi... haha !

Mercredi 13 janvier - couvert - 9 degrés

 

Il n'est pas encore trop tard : Meilleurs vœux pour cette nouvelle année !

 

Nous espérons que vous avez passé de bonnes fêtes de fin d'année !

Pour nous, ce fut un mois de décembre dense et riche en préparatifs, les vacances de noël ayant fait du bien à notre petite famille. 

 

Nos esprits sont déjà bien tournés vers cette nouvelle année et les projets qui en sont liés, en espérant qu'ils ne soient pas de nouveau perturbés par des restrictions sanitaires strictes, cela nous l'apprendrons dans les jours à venir.

Pour l'instant, nous profitons de la fraicheur hivernale pour organiser notre agenda et réfléchir à ce qui accompagnera vos pots de miel de printemps dans votre prochain et dernier colis de cette année de parrainage.

Des idées à nous donner? Une envie particulière de découverte en lien avec le monde des abeilles?

 

Les ruches elles sont en "mode veille" jusqu'au retour de la douceur.

Nous avons hâte de voir si les abeilles ont passé l'hiver sereinement et sans encombres.

 

 A très bientôt pour des nouvelles de vos filleules !

Jeudi 1er avril 2021 - ensoleillé - 26 degrés 

 

Après 5 mois sans passages, il nous tardait de revoir nos abeilles.

Le début du printemps étant pour le moins très généreux en soleil et chaleur, le temps de la Visite de Printemps était tout annoncé.

 

Ne manquant jamais une occasion de se démarquer du rucher, la Ruche de Joséphine nous a de nouveau réservé une surprise.

Il n'y a pas beaucoup d'abeilles à se présenter à l'ouverture de la ruche, ce qui n'est pas très bon présage.

Dès les premiers cadres, il y a du couvain fermé et des œufs pondus du jour ou de la veille, cela est rassurant, mais pas en très grande quantité non plus...

Tout ne semble pas perdu pour la colonie mais la situation dans la ruche est tout de même précaire. Il faudra la surveiller de près.

J'enlève un cadre sur lequel il n'y a quasiment plus de réserves de miel, et je le remplace par un cadre d'une autre ruche, rempli de nectar frais.

Cette action va permettre aux abeilles de se revigorer sans sortir de la ruche, et de limiter le nombre de décès par rapport au nombre de naissance. Le but étant de miser sur la meilleure ponte possible de la reine et le renforcement rapide de la colonie.

On croise les doigts... Tous avec la Reine Mathilde !

Samedi 1er mai - 18 degrés - ensoleillé

 

Ça y est, la première partie de la récolte est lancée, le colza étant présent aux abords du Rucher Parrainage.

Ce dernier cristallisant rapidement dans les hausses de la ruche, nous avons appris avec les années à anticiper ce problème qui fait des dégâts lors de l'extraction de miel (miel figé dans les hausses, cadres lourds se cassant dans l'extracteur, ...).

C'est donc la troisième année que nous effectuons la récolte de printemps en deux temps afin de limiter la casse, et de pouvoir tout de même laisser le temps aux abeilles d'exploiter au maximum les floraisons printanières.

Et nous avons bien fait cette année de nouveau, en anticipant une première partie de récolte sur les derniers des beaux jours, avant le retour de la pluie prévue semaine suivante.

 

6 hausses de miel avaient été posées avant cette première partie de récolte, elles étaient dans l’ensemble généreusement garnies et le miel operculé afin d'être à son taux d'humidité optimum à la récolte.

En remplacement de ces 6 hausses, 6 autres hausses ont été replacées aux mêmes ruches afin de conserver l'activité des abeilles dans leur bonne lancée. Une visite intermédiaire sera effectuée cette semaine si le temps le permet pour voir si d'autres colonies seraient susceptibles d'accueillir elles aussi une hausse avant la mi mai, période prévue pour la seconde partie de la récolte.

 

La colonie de la Ruche de Joséphine reste toujours fragile à notre passage, la priorité étant de la surveiller et d'espérer que la reine Mathilde soit bonne pondeuse pour agrandir la colonie rapidement.

Pour le miel, pas de hausse, pas de colis de Printemps...

Noooon c'est une blague, les abeilles sont partageuses, les colonies voisines ont prévu assez de miel pour tout le monde ! ;-)

Lundi 31 mai -  Ensoleillé  -  23degrés

 

Non, non, la colonie de Joséphine ne s'est pas enfuie, je n'ai tout simplement pas pris le temps de prendre une photo dans la ruche, car il était trop délicat de laisser la ruche ouverte trop longtemps ces dernières semaines.

Je vous partage donc un joli cliché d'un essaim trouvé par Fabien, vu que toutes nos soirées en ce moment sont dédiées à aller en récupérer à gauche, à droite, en haut, en bas,.. Les grosses colonies se divisent et se font la malle !

En effet, entre la fin de la miellée de printemps (mi mai), et le début de la miellée d'été (mi juin), il y a l'équivalent d'un mois sans trop de fleurs à l'horizon pour les abeilles. Les colonies les plus fortes essaiment (se divisent en deux) pour tenter d'aller de kilomètres en kilomètres chercher des fleurs à butiner hors de leur zone de confort.Un manque à gagner pour l'apiculteur qui ne se retrouve plus qu'avec 50% de sa forte colonie de départ. C'est pour cela qu'il faut toujours tenter de récupérer les 50% de la colonie partie en disposant des pièges sur leurs routes, des endroits où elles pourraient probablement vouloir/pouvoir se poser pour faire une pause dans leur vagabondage.

Pour les colonies les plus faibles, c'est alors à l'apiculteur de prendre le relais, si jamais les réserves sont faibles dans la ruche, pour faciliter l'accès à de la nourriture. Comment? En empruntant aux ruches voisines ayant à contrario trop de réserves (oui, cela arrive, et la reine dans ce cas n'a plus assez de places vides pour pondre) 1 ou 2 cadres de miel, pour les placer dans les                                                                                                                                                                              ruches les plus faibles. C'est donc ce que nous avons fait pour Joséphine.

Colis de Printemps 2021

 

Informations sur le spray à la Propolis présent dans le colis de printemps.

 

Une amie du grand père de Fabien nous prépare tous les ans, à l'aide de la propolis que nous récupérons sur nos ruches après chaque récolte, une préparation de ses soins afin d'en utiliser tous les bienfaits par voie buccale. Et ils sont nombreux :

- éliminer et soulager les problèmes bucco - dentaires,

- renforcer le système immunitaire

- accompagner la guérison, le plus précocement possible, des petits maux de gorge ou de nez. Il vous suffira aux premiers symptômes d'effectuer quelques pulvérisations par jour, dans l'optique de calmer les maux par l'effet analgésique, anti-inflammatoire et anesthésiant de la propolis. 

- ... nous vous conseillons vivement de vous pencher sur le sujet !

(informations tirées d'articles sur les propriétés de la Propolis et du résultat du travail de recherche de Me Françoise Sauvager, docteur en pharmacie, maître de conférences et chercheuse au laboratoire de microbiologie de la faculté de pharmacie de Rennes auteure d’une thèse sur les propriétés antivirales de la Propolis).

Les informations sont à titre informatif et ne sont pas destinées à remplacer les conseils ou les prescriptions médicales. Les bienfaits peuvent varier en fonction                                                                                                                                                                                                      de votre âge, de votre métabolisme, de votre état de santé et de votre mode de vie.

Mardi 29 juin - temps couvert - 20 degrés

 

Joséphine aux couleurs du tour de France !

 

C'est assez fière que je viens vous annoncer que la colonie de Mathilde a bien pris de l'aplomb ces dernières semaines, il aura fallu la surveiller discrètement sans prendre trop de risques inutiles afin que la colonie se ravigote et soit même, pour la première fois, en capacité d'accueillir une hausse sur ses épaules afin de rentabiliser le travail des travailleuses.

Il y aura donc, si tout se passe bien, du miel de la Ruche de Joséphine pour cet été. Et comme rien n'est jamais linéaire dans le monde des abeilles, ce sont les ruches voisines qui, elles par contre, montrent des mauvais signes, des pontes irrégulières, des reines disparues,...

J'ai donc eu la grande chance de pouvoir photographier Mathilde avant d'apposer une grille à reine sur le corps de ruche, afin que cette dernière ne monte pas pondre dans la hausse, et à partir de ce moment là, il n'y a plus lieu d'aller regarder dans le corps de ruche mais bel et bien d'observer le nombre d'abeilles dans la hausse.

Pour l'instant, les cadres de hausse se remplissent discrètement de miel, le temps n'ayant pas été des plus propices sur cette première partie de miellée d'été, il reste donc une dizaine de jours pour que les filles donnent tout pour

le sprint final ! Force à elles !

La Reine Mathilde

 

Le mystère a enfin pris fin, et, ne pouvant se cacher éternellement, dès que j'ai aperçue, j'ai pu dégainer le téléphone pour la prendre en photo !

 

La belle reine Mathilde avec son déhanché, son arrière train brun brillant, et une agilité à toutes épreuves, car je ne saurais dire le nombre de fois où elle est sortie de mon champ de vision alors que je voulais tenter également de la marquer d'un petit point bleu sur le dos.

 

En effet, Mathilde étant née de manière certaine en 2020 d'une cellule royale, c'est forcément une reine bleue (année de naissance = couleur de reconnaissance). Mais... quand j'ai posé le coin du cadre au dessus des autres cadres pour me libérer une main et attraper mon poussoir afin de pouvoir l'immobiliser quelques secondes sans risques, Mathilde a du comprendre mon stratagème est a réussi à descendre du cadre pour se faufiler entre deux autres cadres du corps de ruche...

Cette reine étant si précieuse car à l'origine d'une belle remontada de la colonie, je n'ai pas chercher à la retrouver et ai remis mon cadre en place afin de la laisser vaquer à sa ponte.

 

Je trouve ce cliché sublime, les abeilles faisant presque la cour à leur reine...

Prochaine étape : oserions-nous envisager une première hausse de miel remplie et le besoin d'en mettre une deuxième??

Date réservée pour la deuxième visite du rucher : printemps / été 2022

 

 


À partager avec votre famille et/ou avec vos amis(es)