la ruche de Benoit

Identification :  Ruche n°8

Nom :

Nom et couleur de la reine :

Date du parrainage : 21 juin 2020


la vie de la colonie

Coucou coupain d'amour,

 

Tu es devenu récemment Parrain d'une de nos ruches, enchantés !

Nous allons orchestrer ce parrainage pour qu'il te soit des plus agréable à vivre sur cette saison apicole 2020/2021.

 

Le rucher parrainage, nous l'avons choisi dans un cadre bien particulier, la zone humide de Langazel à Trémaouezan.

Riche de végétations variées, c'est un cadre unique pour y préparer des visites de rucher, telle que la tienne prochainement !

 

La date a déjà été fixée selon tes disponibilités, celles de ta femme et de ton fils (le plus overbooké de vous tous...) et selon celles des Gougous qui vous accompagneront dans cette après midi de découverte et d'immersion totale dans le monde de l'apiculture.

 

Ce sera donc le dimanche 9 août 2020 que nous nous réunirons !

Il vous faudra vous munir de vos paires de bottes respectives, de vêtements qui ne craignent pas l'odeur de la fumée un peu tenace, et aussi la transpiration car, il fait chaud là d'ssous !

 

En attendant cette journée inoubliable, voici un peu de lecture pour faire connaissance avec ta ruche.

 

Lundi 8 juin 2020 - temps couvert - 18 degrés

 

Floraisons : Ronces, légumineuse, troènes, ...

 

"A la sainte Clotilde, de fleur en buisson, abeille butine à foison."  

 

Les abeilles sont malheureusement peu nombreuses dans la ruche

Pas d’œufs dans les cellules vides, peu de réserves  de miel, peu de futures abeilles à naitre (couvain fermé), pas de reine aperçue et surtout, pas de cellule royale en vue sur les cadre de la ruche...

Une cellule royale dans une ruche est le signe que les abeilles se sont préparées à faire repartir la colonie d'elles mêmes car :

- Elle comporte une "vieille reine" qui n'a plus de stock de spermatozoïdes dans sa spermathèque. Une reine se fait fécondée par une quinzaine de mâles durant ses 10 premiers jours de vie, ces derniers lui injectant leurs spermatozoïdes dans l'abdomen pour qu'elle en ait en réserve jusqu'à la fin de sa vie (2 à 4 ans de réserve).

- La reine est malencontreusement décédée, soit par une manipulation de l'apiculteur, soit par la force de choses.

 

Cette colonie en l'état, sans l'aide de l'homme, n'a que peu de chances de survivre... Elle est devenue orpheline.

Jeudi 25 juin - 28 degrés - fin de journée orageuse

 

Le grand père de Fabien a récupéré un essaim d'abeilles au Château de La Martyre et il vient le déposer au rucher parrainage pour sauver ta ruche.

Cet essaim comporte forcement une reine, c'est cette reine qui va sauver les ouvrières orpheline de la petite colonie.

 

Samedi 27 juin - 19 degrés - temps couvert

 

La première chose à faire est de vérifier une dernière fois qu'il n'y a pas de reine dans la colonie et qu'il n'y vraiment pas d’œufs. La colonie doit compter environ 10 000 abeilles orphelines.

Ensuite nous sortons les 10 cadres de la ruche et les déposons à 20 mètres de là. Il ne faut plus qu'il y ai une seule abeille dans la ruche vide.

Nous pouvons alors mettre en premier lieu les 6 cadres de la ruchette que le grand père a envoyé la veille, avec toutes les abeilles et la nouvelle reine dessus. Elles doivent être également 10/15 000 à vue d’œil.

C'est un superbe essaim mais à ce moment précis, il n'est pas possible de prendre de photos pendant la manipulation, trop d'abeilles étant énervées par la démarche.

Puis, nous reprenons les 4 plus beaux cadres déposés plus loin, et nous les réintégrons à la ruche SANS AUCUNE ABEILLE DESSUS.

Quels sont les risques à cette étape?

 

Si je t'ai expliqué le nombre approximatif d'abeilles à chaque étape, c'est pour que tu comprenne que tout le monde ne se réunira pas dans la ruche mais une bonne partie des abeilles, du moins celles qui ne mettront pas en péril la suite de la cohabitation.

Des anciennes abeilles, il ne faut qu'il y ai que les abeilles ouvrières qui reviennent, celles qui sortent chaque jour chercher du pollen. Celles là seront acceptées par les nouvelles occupantes fraichement installées à leur place.

Les ouvrières représentent 90% de l'ancienne colonie. donc 9 000 des 10 000 anciennes abeilles rejoindront les 10/15 000 nouvelles. Soit, si la colonie cohabite bien, environ 20 000 abeilles et une nouvelle reine prête à pondre dans sa nouvelle ruche.

Celles que l'on veut alors ne pas tout mettre en péril, ce sont les abeilles pondeuses. Quand il y a une reine dans une colonie, sa présence inhibe le développement des ovaires de toutes les autres abeilles. Mais après une disparition soudaine de reine, certaines abeilles vont voir leurs ovaires se développer et se mettront à pondre. Seulement, une abeille lambda n'a jamais été fécondée, donc elle ne peut pas pondre des œufs complets (ovule + spermatozoïde)

Et une cohabitation entre des pondeuses et une nouvelle reine ne peut se faire, ces dernières tueront la reine, donc, retour au point de départ...

L'apiculture, c'est aussi beaucoup de théorie pour bien comprendre l'organisation irréprochable des abeilles. A chaque situation, elles auront une réponse prédisposée dans leur gènes. Et les conditions environnementales actuelles viennent perturber tous ces processus génétiques extraordinaires, d'où un affaiblissement considérable des colonies comparé à des dizaines d'années, et un soutien "éclairé" nécessaire de l'apiculteur qui doit savoir réagir/prévenir lui aussi en toutes situations pour sauver "ses" abeilles.

Prochaine étape début juillet : visites rapprochées pour suivre la ponte de la reine et la cohabitation des abeilles . Création du nom de la ruche choisi en imprimante 3D

Date réservée pour la visite du rucher : Le Dimanche 9 août 2020 de 14h à 18h.

 

 


À partager avec votre famille et/ou avec vos amis(es)